mardi 11 novembre 2014

ESO: une assemblée générale animée


 
Le projet de création d'une nouvelle section au sein du club omnisports a suscité des débats animés et la démission  de certains dirigeants, dont le Président Xavier Piqueras. Un vote des adhérents à bulletin secret a permis de trancher les litiges et d'élire un nouveau comité directeur.

Photos et article NR.S.Nivelle.

4 commentaires:

Emmanuel BILLA a dit…

Vous pouvez aussi lire l'article de la NR: http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Communes/Notre-Dame-d'Oé/n/Contenus/Articles/2014/11/10/Malaise-au-sein-du-cub-omnisports-2112592

Que retenir de cette situation...?
Qu'il aurait fallu valider la création de la section badminton avant de demander à des bénévoles de s'impliquer. Cela aurait évité la déception de tous les ex-inscrits soit environ 50 personnes dont pas mal de jeunes joueurs.
Qu'on ne peut évidemment pas satisfaire tout le monde mais qu'il est dommage que l'individualisme l'emporte sur la communauté.
Merci en tout cas à tous ceux qui se sont impliqués et à ceux qui s'impliquent encore!

Ville de Notre Dame d'Oé a dit…

Il faut comprendre la déception de celles et ceux qui se sont impliqués dans ce projet. Ni les bénévoles ,ni l'individualisme ne sont en cause. Il faut s'interroger sur la méthode utilisée qui n'était pas la bonne car elle n'a pas permis d'analyser en amont les conséquences de ces projets et d'aboutir à un consensus. Les mises en garde n'ont pas été écoutées. Beaucoup de questions sont restées sans réponse et les malentendus se sont multipliés. L'impression d'un "passage en force" ne pouvaient donc aboutir qu'aux fractures et aux conflits. Beaucoup de gâchis avant d'en référer aux adhérents .Il eut sans doute fallu commencer par cette concertation en présentant un projet associatif fédérateur.

Xavier Piqueras a dit…

Valider la création d'une section ne peut se faire qu'en assemblée générale conformément aux statuts de l'ESO. Avant d'en arriver là, la section candidate à la création doit satisfaire à un certain nombre d'exigences définies également par les statuts. Le rôle du comité directeur était de les faire respecter et c'est ce qui a été fait. Les bénévoles intéressés par la création de la section badminton ont satisfait à toutes les exigences et au-delà. Alors que s'est-il passé? Des membres du comité directeur sont revenus sur leur décision et n'ont pas respecté l'accord passé avec le bureau provisoire de la section badminton pour les motifs suivants : peur de perdre des créneaux aux gymnases lors de la saison prochaine et peur de voir la dotation diminuer puisqu'il aurait fallu partager avec la nouvelle section. A cette occasion, j'ai pu constater que des membres du comité directeur élus en assemblée générale par des membres de toutes sections confondues parlaient au nom de leur propre section. Comment s'étonner alors que je démissionne le soir même, alors que l'on veut, c'est une image, me faire annuler le permis de construire alors que la maison est construite? L'assemblée générale de l'ESO s'est chargée de la destruction avec des ouvriers venus pour l'occasion, méconnaissant le dossier et encouragés par les opposants à la création. La logique voudrait que le désaveu en AG de la politique suivie par le comité directeur se traduise par une démission collective de ce dernier et de nouvelles élections mais les statuts prévoient que les présidents de sections sont membres de droit. Ainsi, les présidents favorables à la création de la section badminton continueront de côtoyer ceux qui ne l'étaient pas ou qui sont revenus sur leur décision. La révision des statuts de l'ESO est une arlésienne qui je l'espère finira par aboutir. Tout comme un maire qui peut s'appuyer sur ses conseillers qu'il a fédéré autour d'un projet commun, le candidat-président de l'ESO devrait présenter une liste de membres à élire (hors présidents de sections) en AG et non se les voir imposer. Et l'esprit sportif dans cette affaire? Relégué au second plan. Après-tout, un millier de pratiquants sont accueillis dans les sections de l'ESO, alors, une cinquantaine de plus ou de moins... tant que l'on conserve ses précieux créneaux et la dotation...
Xavier Piqueras
Ex-président de l'ESO qui a découvert ces commentaires tardivement.

Ville de Notre Dame d'Oé a dit…

Il ne sera fait aucun commentaire supplémentaire sur un litige interne à une association qui a été tranché par un vote des adhérents .